Notre Syndicat 

MakingOf- le cousiin de Usan Bolt.jpg

Valoriser la prise de responsabilités - Trouver de nouveaux moyens de reconnaissance :

Dans la quasi-totalité des EPIC, un accord d’intéressement existe.  L’article 16 des accords de 1996 le prévoit. Mais rien n’a été fait jusqu’alors. La CFE CGC propose un accord d’intéressement :

  1. En privilégiant dans l’accord la part d’intéressement collectif, les critères de qualité  et les bas salaires

  2. En négociant avec notre tutelle, une somme globale de 10 M€ sur ce sujet – ce qui ferait une moyenne de 1000 € par salarié et par an – dans une logique gagnant/gagnant, pour redévelopper l’Afpa.

Développer le droit à la déconnexion et le Télétravail :

  1. Objectif : 2 jours par semaine télétravaillés

  2. Inclure dans cet accord, une indemnité compensatoire pour l’ensemble du personnel ne pouvant pas en bénéficier (bénéfice extrait des économies foncières)

  3. Couper les réseaux de 21 h à 6 h du matin.

Porter  un objectif de décarbonation à l’Afpa :

Les déplacements :  viser une réduction de 30% du kilométrage total annuel.

A mettre en lien avec le télétravail volontaire.

Créer de vraies trajectoires professionnelles​

 Notre Vision

Notre vision résulte de l’authenticité, d’un combat sain et loyal qui apporte à l’Afpa une véritable force intérieure.

Garantir d’ici 2023 une véritable stabilité et reconnaissance à l’Afpa.

une Afpa moderne et respectueuse de ses salariés

MakingOf-7%252520en%252520plein%252520co

Nos Prises de Position 

2008 : Suite à la loi de 2004 supprimant la subvention de fonctionnement et à sa mise en application en 2009, la CFE CGC demande à ce que notre Association devienne un Etablissement Public.

2013 : La CFE CGC réitère sa demande de passage en EPIC. Fin de non-recevoir (hélas !) de la gouvernance...proposition qui sera finalement reprise un an et demi plus tard.

2016 : Echappant à l’aveuglement doctrinaire de certains, la CFE CGC est le seul syndicat de l’Afpa à voter « OUI » à la transformation en EPIC. EPIC sans lequel nous aurions subi, depuis, une cessation d’activité.

2017 : Estimant que nous courrons à la catastrophe, la CFE CGC propose la mise en place d’un plan de départs volontaires, avec en parallèle, 2 000 recrutements sur des métiers nouveaux pour redynamiser nos équipes et les tourner vers l’avenir.  Pour l‘avoir proposé, la CFE CGC est exclue de l’intersyndicale. Cela ne l’empêche pas de faire un score de 22 % aux élections des représentants des salariés au Conseil d’Administration.

Juin 2018 : 3ème prorogation des mandats 4 mois avant l’annonce du PSE. La CFE CGC dénonce les agissements de certains et le refus de démocratie syndicale suite au 3ème report des élections des représentants du personnel depuis 2016 (dernière élection en 2013 !)

Octobre 2018 : La CFE CGC appelle immédiatement à la négociation pour chercher des solutions face au PSE mortifère proposé. Refus des 4 autres organisations syndicales.

Novembre 2018 : Pour la première fois à l’Afpa, la CFE CGC lance un sondage « Pour ou contre la négociation » auprès des salariés. Résultats 72 % POUR, 28 % CONTRE.

Janvier 2019 : A l’IC CHSCT, seuls les élus CFE CGC refusent de voter « pour » des recours juridiques et des manœuvres dilatoires auprès des juridictions compétentes, les considérant comme sources de RPS. Cependant, l’ensemble des représentants, toutes OS confondues, vote à l’unanimité « pour » les recours.

Février 2019 : Après 4 mois de CCE, de négociations inexistantes, de millions d’euros dépensés, dans un dialogue social improductif, la CFE CGC est (enfin !) rejointe par la 2 autres organisations syndicales dans son souhait de négocier un plan de départs volontaires, en lieu et place d’un PSE.

Avril 2019 : Au CCE du 11 avril, la CFE CGC est la 1ère organisation syndicale à faire des propositions : rachat de trimestres, mesure de tuilage, rehausse des indemnités supra légales etc. La CFE CGC travaille pour améliorer le projet de transformation de l’Afpa. La quasi-totalité de nos propositions seront reprises.

Mai - Juin 2019 : La CFE CGC se félicite de l’accord trouvé. Seule, réaliste, elle vote OUI au PDV après 8 heures de suspension de séance.

27 juin 2019 : Malgré que 2 syndicats aient retiré leur plainte au dernier moment, le TGI de Bobigny, suite à la requête de l’IC CHSCT, ordonne un plan de prévention des risques sur les conséquences de la réorganisation. Séisme à l’Afpa : des dissensions énormes apparaissent, paradoxe créé par  une décision de justice. L’EIC croule sous les demandes de départ.

Juillet 2019 : Dans une lettre ouverte, nous mettons la ministre du travail en face de ses responsabilités en lui demandant s’il faudra écrire un jour « le livre noir de la gouvernance et du syndicalisme à l’Afpa » pour que les salariés entrevoient un avenir meilleur.

Septembre 2019 : Nous révélons aux salariés une note interne de la direction qui dénombre près de 2 000 mandats syndicaux. L’information avait été communiquée aux syndicats en juillet sans qu’aucun d’entre eux ne la révèle.

Octobre 2019 : Nous posons la question suivante : faut-il changer le nom de l’Afpa, afin d’échapper à un passé qui nous pénalise ? Nous proposons le nom de « France Inclusion » et demandons un débat et un référendum interne à ce sujet.

A aucun moment, dans tous ces épisodes, la ligne de conduite la CFE CGC n’a changé. On essaie de construire.

 

Il est temps de laisser entrer l'avenir à l'Afpa !

Notre Equipe

Notre syndicat fonctionne sur un mode interdisciplinaire. Dans chaque groupe on retrouve toutes les professions : responsables informatique régional, assistantes de formation, ingénieurs, formateurs, manageurs, etc. Cette diversité, adossée à l’envie de chacun de s’ouvrir aux autres fait émerger des idées et une dynamique de résultats. Cultiver la performance est l’affaire d’un groupe avec le challenge quotidien de faire émerger des idées nouvelles.

Pour densifier ces idées qui apparaissent, le syndicat est structuré autour d’un bureau politique élu au Congrès tous les 4 ans. Il statue, gère et donne les grandes lignes stratégiques.  

Autour de lui, dans chaque région, se trouvent des équipes de délégués syndicaux régionaux (DSR). Ils sont le relais du syndicat sur le terrain  développent le syndicat et surtout soutiennent et accompagnent les adhérents ou les salariés.

 

Les élus ont un rôle technique. Il siègent  en commissions de domaines : la stratégie, les finances, la santé et la sécurité etc. Leurs décision ou leurs votes respectent le sens des grands axes stratégiques du syndicat.

 

Ce syndicat est donc en soi une véritable personne morale, avec pour ambition : le bien-être  commun, le plaisir de travailler ensemble, de se retrouver  et l’intérêt collectif de l’Afpa.

Actifs, souriants par respect de soi et des autres, mais aussi, libres d’avancer

LOGO%20CFE%20CGC%20AFPA%20hd_edited.png
André THOMAS 2.jpg